Traitement des eaux usées. Le Parti Québécois obtient des garanties, mais demeurera vigilant

Lors de l’étude des crédits budgétaires, le député de René-Lévesque et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires municipales, Martin Ouellet, a obtenu des garanties du gouvernement : les municipalités dont les installations de traitement des eaux usées ne sont pas conformes n’auront pas à payer de pénalité pour leur retard.


EN BREF

  • Une centaine de municipalités n’ont toujours pas reçu l’aide du gouvernement pour se conformer aux normes.
  • Le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire nous a confirmé que les municipalités n’auront pas à payer de pénalité scandaleuse en raison de leur non-conformité.
  • Le Parti Québécois restera vigilant dans ce dossier et suivra de près la renégociation du Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU) avec le gouvernement fédéral.


« Les installations de traitement des eaux usées d’une centaine de municipalités québécoises ne sont toujours pas conformes. Or, puisque l’élaboration du projet de modernisation peut être fastidieuse pour les petites municipalités, le gouvernement doit les accompagner », a d’abord déclaré Martin Ouellet.
Toutefois, certaines d’entre elles n’ont toujours pas reçu d’aide du gouvernement, et l’échéance de 2020 arrive à grands pas. « Les délais serrés imposés pour les programmes les plus généreux ont désavantagé les plus petites municipalités. Heureusement, nous avons obtenu des garanties du ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux : si le gouvernement ne les a pas aidées financièrement à se conformer, ou si la lourdeur de la bureaucratie a contribué à ralentir la progression des travaux, ces municipalités n’auront pas à payer la pénalité minimale de 30 000 $ », a poursuivi le porte-parole.


On croyait que les budgets, tant à Ottawa qu’à Québec, allaient contenir des sommes pour aider les municipalités du Québec à moderniser leurs installations de traitement des eaux usées, mais ce ne fut pas le cas. Pour les appuyer dans leur mise aux normes, plusieurs attendent donc avec impatience l’annonce de la phase 2 du FEPTEU. « Le ministre Coiteux a semblé optimiste quant aux négociations liées à une nouvelle entente avec le fédéral et, de notre côté, nous demeurerons vigilants. Nous nous assurerons que le nouveau programme correspond aux attentes des municipalités, qui souhaitent se conformer aux normes environnementales », a ajouté le député.


Enfin, Martin Ouellet recommande au ministre d’être particulièrement attentif aux prix des contrats. « Dans certaines régions, on retrouve plusieurs municipalités dont les installations ne sont pas aux normes. Évidemment, cela aura un effet à la hausse sur le prix des soumissions. Nous espérons que le ministre en est conscient et qu’il en tiendra compte dans la programmation des travaux », a-t-il conclu.

Donnez votre appui à Martin Ouellet